Chenilles processionnaires en Valais

>> REJOIGNEZ NOUS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK ou de nombreuses informations sont détaillées

ou ici

>> GROUPE d’interêt chenilles processionnaires en VALAIS

Essai et projet de cartographie publique en faveur d’un recensement des chenilles processionnaires 

PARTICIPEZ_VOUS AUSSI ! 

– transmettez-nous les coordonnées GPS des lieux ou vous avez vu un ou plusieurs nids (en orange, rouge et rouge foncé)

Soit via le formulaire ci-bas

soit par e-mail ou via facebook, au travers du groupe facebook de “propriétaires de chiens en Valais”, > lien page “chenilles processionnaires”, et la carte sera complétée en 24/48h.

Merci à celles et ceux qui indiquent date, nombre – lieu exact (coordonnées GPS au mieux) – orientation du/des nids (Sud, Nord) (face au vent ou non) – photos éventuellement – et merci de précisez la date si les “chenilles processionnaires sont vues au sol (mention de la date)”. 

Vous pouvez également annoncer le nombre de nids ôtés mécaniquement (seront en vert clair) ou chimiquement (en jaune) ou piégés (vert foncé).

Note: concernant les tiques, attention également, mais le meilleur des liens,  c’est ici :  

https://zecke-tique-tick.ch/fr/piqures-des-tiques/carte 

Quelques informations sur les chenilles processionnaires

Méconnues de nombreux parents d’enfants de bas-âge, ou des propriétaires de chiens et de chats, très appréciée des mésanges et des huppes fasciées, la chenille processionnaire du pin et du chêne représentent un véritable danger pour l’humain et certains animaux qui les approchent.  

Lien CENTRE ANTI-POISON, fiche technique « chenilles processionnaires »

Risques engendrés par les poils urticants : – des conjonctivites, des oedèmes, des éruptions cutanées, inflammations des muqueuses, et les animaux risques des nécroses de la langue, ou encore troubles respiratoires et vomissements. En cas de contact, surtout pas frotter, ce qui pourrait alors briser des poils urticants et libérer ainsi plus de toxines, pouvant aggraver le pronostic. L’envenimation se produit essentiellement à la fin de l’hiver et au début du printemps, voire plus tardivement pour les chenilles du chêne. les chenilles du pin descendent alors des pins dès que la température printanière atteint les 15oC  et se déplacent au sol en file indienne avant de s’enterrer pour  1 a 5 ans (selon conditions et metéo), confectionner un cocon et se transformer en chrysalide, avant qu’un papillon femelle “nocturne” aille à nouveau déposer ses œufs sur les arbres. Et le cycle recommence. Le cycle étant parfois de plusieurs années, il est donc difficile de s’en débarrasser aisément à moins d’une lutte à long terme. Celles du chêne restent sur l’arbre lors de la mue, tissant un nid plus grand.

  • Le contact avec les poils urticants peut-être soit direct: par exemple un enfant touche les chenilles ou un animal lèche une chenille et brise ainsi les poils urticants qu’elle porte sur le dos, libérant la toxine (thaumatopoéine)  qu’ils contiennent

  • Soit indirect par le fait d’entrer en contact avec un nid (même vide, car toujours empli de mue et de poils urticants)  tombé au sol ou alors par simple inhalation de poils transportés dans les airs lors de grands vents.

  • Enfin, les personnes précédemment atteintes par la chenille processionnaire doivent éviter tout nouveau contact, des réactions de plus en plus sévères sont à craindre.

Parmi les moyens de lutte contre les processionnaires, on trouve actuellement

Avant tout, les mésanges ou la huppe fasciée se nourrissent bien volontiers de chenilles processionnaires. Il convient donc de protéger également ces oiseaux ou de leur installer des nids.  Sans quoi, nous trouvons les moyens de lutte suivants 

1. Pièges ou leurres aux phytohormones – par confusion sexuelle (ce qui piège le papillon mâle durant la période d’envol des papillons, d’ou la règle: moins de mâles = moins de petits)

2. Pièges par le bais de collerette fixées à l’arbre, ou collerettes écologiques attachées aux troncs d’arbres.  Stoppées dans leur descente printanière par une collerette en forme de coursive circulaire, les chenilles n’auront qu’une issue:  un tuyau finissant sa course dans un sac de terre. Ce nouveau moyen semble idéal pour les privés ou endroits publics mais ne fonctionne que pour les processionnaires sur les pins, celles du chêne pouvant également se trouver à la base de l’arbre, et les nids sont plus difficiles à observer.

3. Enlèvement mécanique (avec grande précaution et mesure de protection adéquates), selon accessibillité des nids et quantités de nids.

4. Le traitement biologique (bacillus thuringiensis). Le BtK est non toxique. Il est sans danger pour les animaux, les auxiliaires, les insectes pollinisateurs, les organismes aquatiques, les poissons, les végétaux et les utilisateurs. Important : Le Bacillus thuringiensis est le plus efficace uniquement dans les premiers stades larvaires (stade dit L1 à L3). Le traitement doit être renouvelé en cas de pluie lessivante dans les 2 jours suivant l’application. Sous ses diverses formulations, le Btk peut être appliqué du sol ou par voie aérienne.

5. Traitement chimique à base d’insecticides de la famille des benzoylurées : le diflubenzuron, ou de la famille des pyréthrinoïdes : la bifenthrine. Cette famille d’insecticide agit essentiellement par ingestion sur les larves des lépidoptères (papillons). La bifenthrine est un insecticide de la famille des pyréthrinoïdes, neurotoxique qui agit par contact et ingestion, sur insectes et acariens, à faible dose, avec une forte action de choc. Cette famille d’insecticide agira essentiellement par ingestion sur les larves des lépidoptères (papillons).  Il convient de réserver les traitements  chimiques aux interventions de faible ampleur ou de rattrapage éventuel.  Application au canon, ou par voie aérienne. Ce traitement n’est de loin pas inoffensif pour la faune et d’autres insectes. Son application relève de professionnels.

Il convient donc d’étudier le meilleur moyen selon le nombre de nids, l’emplacement, la saison, les risques.

LIENS UTILES 

Acropro.ch

Offre de nombreuses informations.

avec des professionnels tels acropro.ch ou sur le nouveau groupe

GENEVE – groupe genevois consacré a la problématique des chenilles processionnaires

https://bit.ly/2UyNrNa 

Pour obtenir des  informations ou pour prendre  contact sur le sujet.

Valais – Chablais

Création d’un groupe « processionnaires en Valais : par e-mail ou en remplissant le petit questionnaire ci-dessous.

D’avance merci pour votre participation.

En cas de contact avec la chenille processionnaire

Article d’Antoine Poretti

https://www.acropro.ch/danger-des-chenille-processionnaire-sur-les-humains-et-les-animaux.html

Questionnaire et recensement de nids de "processionnaires"

Orientation des Nids

Emplacements des nids

Notes et autres avis

14 + 8 =